Ces dernières années, on a constaté de manière accrue que les efforts physiques extrêmes peuvent favoriser, voire provoquer, de l'asthme dans des circonstances inadéquates. Les raisons de l'apparition de l'asthme chez l'athlète sont encore largement inconnues. Sur le plan scientifique, on ne sait pas si elle dépend de l'ampleur de l'activité, de la discipline sportive, de l'environnement, de phénomènes immunologiques, d'allergies ou d'autres facteurs. Les facteurs pouvant influencer l'hypersensibilité des voies respiratoires des athlètes sont, par exemple, des irritations mécaniques dues à la respiration accrue et plus intensive, la perte de liquides due à la respiration accrue, l'irritation chimique due à l'augmentation des charges polluantes causées par la respiration.

On ne sait pas non plus si l'asthme présent chez les athlètes de pointe est passager ou si les athlètes concernés doivent s'attendre à vivre avec cet asthme toute leur vie. Des recherches portant sur les coureurs de fond semblent indiquer que l'hypersensibilité des voies respiratoires est également présente dans la phase de régénération.

Or, il est important de souligner que ces maux concernent uniquement les athlètes de pointe et non les jeunes sportifs et encore moins ceux qui font du sport en guise de loisir ou les asthmatiques sportifs. L'asthme n'est pas une excuse pour se soustraire à une activité sportive régulière.
 

Source: Dr Bruno Knöpfli, FMH-pédiatrie, pneumologie et médecine du sport, Cabinet de médecine pour les enfants et les jeunes, Zürich.